Vous êtes ici : AccueilActions1ère cartographie des formations végétales notables dans le Sud guyanais

1ère cartographie des formations végétales notables dans le Sud guyanais

Améliorer la connaissance et la description du territoire est une mission importante du Parc amazonien de Guyane.

La forêt tropicale guyanaise est souvent représentée comme une structure homogène. En réalité, le sud de la Guyane est caractérisé par la présence de formations végétales qui se démarquent de la forêt (végétations basses, affleurements rocheux, forêt de Parinari, pinotières, palmiers bâches…). Certaines de ces formations sont clairement observables à partir d’images satellites.

Avec l’aide de Nicolas Karasiak, stagiaire de Master 2, la Parc amazonien a mis en place en 2016 une méthode de cartographie de ces formations végétales par télédétection semi-automatique. La cartographie a été réalisée en utilisant la méthode Random Forest à partir uniquement de logiciels libres et gratuits.
Les résultats obtenus pour les pinotières sont néanmoins encore insuffisants. Ceci est dû à la petite taille de ces formations et à une confusion avec la forêt classique. Les zones de palmiers bâches se confondent avec les forêts de Parinari. En revanche, les végétations basses, les affleurements rocheux et les forêts de Parinari présentent des résultats statistiques très optimistes.

Cette première version de la cartographie des formations végétales particulières a été réalisée à partir de 55 images SPOT 5 datant de 2007 à 2014. Des nouvelles sources de données satellitaires récemment apparues, présentant des améliorations dans leur résolution spectrale (Sentinel 2) ou spatiale (SPOT 6), sont aujourd’hui disponibles. La méthode pourra donc être appliquée à ces nouvelles sources pour améliorer la cartographie des formations végétales.

« La cartographie précise de ces formations présente plusieurs intérêts. Le premier est scientifique, pour compléter la connaissance sur la diversité des écosystèmes forestiers, leurs dynamiques et leurs structures. Le second intérêt est plus pratique, puisque la carte devrait faciliter les missions terrestres. En effet, certaines de ces zones, en particulier les végétations basses, sont difficilement franchissables à pied. » nous précise la Géomaticienne Pauline Perbet.

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger le Cahier scientifique du PAG n°2.

Répondre