Parc amazonien de Guyane
-A +A
Share
On 26/02/2016
Actions
Les élèves de la 4° B du collège Tafanier de Papaïchton ont découvert le sentier La Source le 4 décembre. Cette sortie est la première phase d’un projet élaboré par  la mairie, le collège et le Parc amazonien de Guyane, qui devra mener à la rédaction d’un synopsis et d’un parti pris de mise en scène, deux étapes clefs dans la mise en œuvre d’un parcours d’interprétation.
 

Le projet est encadré par une équipe pluridisciplinaire du collège et accompagné par les agents du Parc amazonien de l’antenne de Papaïchton. Il se base sur la pédagogie de projet : le projet est l’œuvre, les porteurs de projet sont les ap­prenants, ceux qui façonnent l’œuvre.
La pédagogie de projet est donc une pratique de pédagogie active produisant des apprentissages à tra­vers la réalisation d’une production concrète.
Un des éléments clefs est de cons­truire l’action pédagogique sur ce que connaissent déjà les élèves, sur leurs conceptions de départ. Les traces humaines et naturelles sur le sentier, la lecture de paysage et le ressenti par exemple.
Il s’agira ensuite d’une dynamique de travail en « aller-retour » permanent entre le terrain et la salle, afin que les collégiens mènent une véritable en­quête qui fera évoluer leurs représen­tations et leur projet.
À travers ce projet, plus que l’interprétation du sentier, trois sphères inter-reliées de l’éducation à l’environnement et au développement durable sont visées :
– L’environnement : relation au milieu, sentiment d’appartenance à la biosphère, responsabilité envers les autres êtres vivants ;
– Les autres : construction de la relation à l’altérité, éducation à la paix, à la tolérance, à la démocratie, à la coopération et à la solidarité
– Moi : construction identitaire, apprendre à se définir, autonomie, intégrité, réflexivité, responsabilité envers soi-même.
Pour les élèves du collège de Papaïchton, la phase de contact les a lancés dans une phase physique de randonnée sur le sentier. Ils ont observé, découvert, dessiné ce qu’il sont vu, mais aussi senti, goûté, écouté, pris des photos… Leurs sens ont été leurs outils principaux. De carte sonore en lecture de paysage, sans oublier la pause pique-nique, les élèves ont pris possession de cet espace. De nouvelles toponymies ont également vu le jour, avec maintenant la célèbre « Tanga soubi » la pente raide qui a fait sué les accompagnants…
Les phases de terrain sont essentielles à la construction du groupe. Les règles en forêt ont été proposées de manière participative afin que chacun se responsabilise. La curiosité et la bonne humeur ont été les ingrédients de cette belle matinée.