Vous êtes ici : AccueilLe Parc amazonien de GuyaneLes communesMaripa-Soula

Maripa-Soula

Vendeur ambulant près du débarcadère © M. Linguet
Vendeur ambulant près du débarcadère © M. Linguet
Fin de journée sur le débarcadère © G. Feuillet/PAG
Fin de journée sur le débarcadère © G. Feuillet/PAG
Le dégrad animé de Maripa-Soula © J. Amiet
Le dégrad animé de Maripa-Soula © J. Amiet
Nouvelle génération de danseuses Aléké © C. Berthier/PAG
Nouvelle génération de danseuses Aléké © C. Berthier/PAG
Femmes préparant le couac (farine de manioc) © G. Couëron/PAG
Femmes préparant le couac (farine de manioc) © G. Couëron/PAG
Rencontre sprotive lors de la 4e édition du Marché artisanal du Maroni © C. Berthier/PAG
Rencontre sprotive lors de la 4e édition du Marché artisanal du Maroni © C. Berthier/PAG
Aérodrome de Maripa-Soula © PAG
Aérodrome de Maripa-Soula © PAG
En attente d'une pirogue © G. Jaffrelot/PAG
En attente d'une pirogue © G. Jaffrelot/PAG
  • Superficie : 18 360 km2
  • Habitants : 10 984 (source recensement Insee 2014)
  • Populations résidentes : Amérindiens (Wayana, Teko, Tylio), Aluku, Créoles,  Haïtiens, Métropolitains et Brésiliens

Localisation de Maripa-Soula en GuyaneMaripa-Soula, qui signifie littéralement le « saut des Maripas » est une commune frontalière avec le Brésil au sud et avec le Suriname à l’ouest. Il s’agit de la commune la plus étendue de France, ainsi qu’une des moins densément peuplée. Le point culminant de ce territoire est la montagne Bellevue de l’Inini, à 851 mètres d’altitude.

Le bourg, bordé par le fleuve Maroni, est accessible soit par avion, soit en pirogue.

Des vestiges archéologiques attestent d’une présence amérindienne ancienne dans le secteur (-7 000 avant JC). Depuis la fin du XVIIIe siècle, les Aluku (Noirs-marrons ayant fui l’esclavage et les plantations du Suriname) se sont établis sur cette partie du Maroni. Ils constituent aujourd’hui la majorité de la population résidant dans le bourg. Au sud du bourg de Maripa-Soula se trouvent les villages amérindiens de Pidima, de Péléa, d’Antecume-Pata, de Taluen, de Twenke, de Cayodé et d’Elahé. L’accès à ces villages est réglementé depuis 1970 par arrêté préfectoral. Pour s’y rendre, une autorisation doit être délivrée par la préfecture aux non résidents et non usagers coutumiers.

A la fin du XIXe siècle, la région se développe avec l’arrivée des chercheurs d’or.

La commune de Maripa-Soula, créée en 1969 dans le cadre de la départementalisation, est aujourd’hui un carrefour culturel : amérindiens, bushinengés, créoles et récemment les populations européennes, brésiliennes, haïtiennes et surinamaises forment une mosaïque interculturelle vivante. Les équipements publics (aérodrome, mairie, poste, collège…) se concentrent sur le bourg.

Malgré l’enclavement du territoire, les habitants de Maripa-Soula ont accès au téléphone, internet et une liaison aérienne quotidienne est assurée par Air Guyane. En dépit des impacts environnementaux et sociaux engendrés par l’orpaillage illégal, Maripa-Soula reste le pôle d’échange économique et culturel majeur du Haut-Maroni.

 

 Pour en savoir plus : télécharger la Carte & Guide du Maroni

Contacter l‘Office du tourisme de Maripa-Soula