Vous êtes ici : AccueilLes actionsConnaissance au service du territoireEtude de l’arouman

Etude de l’arouman

L'arouman dans son milieu © Jonathan Benamou
L'arouman dans son milieu © Jonathan Benamou
Une feuille d'arouman © Jonathan Benamou
Une feuille d'arouman © Jonathan Benamou
Agents du Parc faisant un relevé  © Jonathan Benamou
Agents du Parc faisant un relevé © Jonathan Benamou
L'arouman est une grande plante © Jonathan Benamou
L'arouman est une grande plante © Jonathan Benamou

L’arouman est une plante de la famille des Marantacées largement utilisée par les communautés de Guyane pour la confection de vanneries. Deux espèces sont particulièrement ciblées par les artisans : l’arouman rouge (Ischnosiphon arouma) et l’arouman blanc (Ischnosiphon obliquus). Voir le portrait de Mimisiku, artisan vannier.

Aujourd’hui, la production de la vannerie se développe avec la mise en place de micro-filières artisanales. Dans le cadre de ses missions de gestion des ressources naturelles et afin d’évaluer la ressource en arouman et étudier son renouvellement naturel, le Parc national a démarré en 2009 un programme d’étude en partenariat avec l’Observatoire hommes-milieux Oyapock du CNRS. L’étude consiste à :

  • cartographier les zones de prélèvements de l’arouman à Twenké-Taluen sur le Maroni et à Trois-Sauts sur l’Oyapock,
  • étudier l’écologie de la plante pour mieux connaître sa capacité de régénération dans des contextes de forte pression anthropique liée à la coupe des tiges.

logo oyapock-cnrsDix placettes de suivi de croissance ont été mises en place sur l’Oyapock et le Haut-Maroni. Les agents du Parc national y réalisent chaque mois des mesures de croissance et évaluent le prélèvement en dénombrant les tiges coupées. Début 2012, plus de 500 000 données avaient déjà été collectées.

Ce programme est mené en partenariat avec l’Observatoire hommes milieux Oyapock (CNRS)