Vous êtes ici : AccueilLes actionsConnaissance au service du territoireSuivi opérationnel des Pécaris à lèvres blanches

Suivi opérationnel des Pécaris à lèvres blanches

Harde de pécaris à lèvres blanche travesant une rivière. © F. Pelsy
Harde de pécaris à lèvres blanche travesant une rivière. © F. Pelsy
Harde de pécaris à lèvres blanche travesant une rivière. © F. Pelsy
Harde de pécaris à lèvres blanche travesant une rivière. © F. Pelsy
Relevé d'indices de présence © PAG
Relevé d'indices de présence © PAG
Piège photographique © PAG
Piège photographique © PAG
Harde photographiée au piège photo © PAG
Harde photographiée au piège photo © PAG
Harde photographiée au piège photo © PAG
Harde photographiée au piège photo © PAG
Harde photographiée au piège photo © PAG
Harde photographiée au piège photo © PAG
Cage de capture © PAG
Cage de capture © PAG

Le Parc amazonien de Guyane, en partenariat avec l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, lance un suivi opérationnel des Pécaris à lèvres blanches du Parc amazonien de Guyane (SOPPAG). Ce programme soutenu financièrement par le fond européen BEST (voluntary scheme for Biodiversity and Ecosystem Services in Territories of the EU), vise l’acquisition de connaissances portant sur l’écologie et la biologie des Pécaris à lèvres blanches (Tayassu pecari) -ou cochon bwa-, spécifiquement en Guyane française.

Cette espèce, particulièrement importante à l’échelle du bassin amazonien représente une ressource alimentaire essentielle pour les populations locales, et constitue une espèce clef de la richesse de l’écosystème forestier. Depuis plus de 10 ans, les effectifs des  ces populations semblent être en constante diminution : une maladie virale pourrait être à l’origine de ces fluctuations cycliques fortes des populations. Depuis fin 2010, il semblerait que les hardes (troupeaux) soient de « retour », et l’opportunité est donnée aux gestionnaires d’acquérir des données fondamentales sur les dynamiques de ces nouvelles populations et leur exploitation du territoire.

Le programme inclus :

  • La pose de plusieurs colliers satellitaires pour suivre les déplacements.
  • La recherche d’indices de présence sur certaines zones favorables (pinotières, zones à mombins…).
  • La pose de pièges photographiques afin de recueillir des informations précises sur les hardes (nombre de jeunes, taille du groupe, heure et date des passages…).
  • La génétique des populations.
  • Etc.

Ce suivi des Pécaris à lèvres blanches s’articule également avec le programme participatif sur la chasse et la gestion des ressources naturelles menée par le PAG, l’ONCFS et le CNRS avec la participation volontaire de plus de 600 chasseurs du Sud guyanais. De précieuses informations ainsi que des échantillons de tissus de pécaris pour prélèvement ADN sont fournis par les chasseurs du territoire.

 Affiche de sensibilisation à la collecte d’informations et de tissus à destination des chasseurs du territoire (illustrations : J.P. Penez)

Nos Partenaires