Vous êtes ici : AccueilLes actionsProtection des patrimoines naturels

Protection des patrimoines naturels

Chantier d'orpaillage illégal. © G. feuillet/PAG
Chantier d'orpaillage illégal. © G. feuillet/PAG

L’orpaillage illégal, une lutte prioritaire pour le PAG

L’orpaillage illégal est le fléau majeur pour les populations et les milieux naturels. Il constitue donc un enjeu prioritaire pour le Parc national dans ses missions de préservation des patrimoines. Le Parc amazonien de Guyane soutient les forces de l’ordre dans leur mission de lutte contre l’orpaillage illégal en participant à la surveillance active des territoires, à l’évaluation des impacts sur les milieux naturels et à l’alerte des autorités. Depuis 2015, les inspecteurs de l’environnement du Parc participent de manière active à la lutte dans le cadre des missions conjointes avec les gendarmes et les forces armées de Guyane.

Participation à l’Observatoire de l’activité minière

L’Observatoire de l’Activité Minière est une plateforme d’échanges d’informations entre l’ONF, la Préfecture, le PAG, la Gendarmerie, les Forces Armées en Guyane partenaires de la lutte contre l’orpaillage illégal. Il fait l’objet d’une convention multi partenariale. Cette plateforme permet de :

  • fournir en continu des renseignements en temps réel aux forces de l’ordre dans leur mission de lutte contre l’activité d’orpaillage clandestin à partir des missions héliportées, terrestres ou fluviales,
  • assurer un suivi périodique de l’impact de l’activité minière sur l’environnement.

L’alerte des autorités

En parallèle à son travail de veille environnementale et de surveillance du territoire, le Parc national se mobilise aux côtés du Préfet et des élus locaux pour alerter les autorités au niveau local et national. Il contribue ainsi à une meilleure prise en compte des bassins de vie dans les efforts de lutte mis en œuvre par l’État. Cette action permet en outre de contribuer au renforcement de la prise en compte du fléau de l’orpaillage illégal dans les décisions de l’État et au bénéfice de la Guyane toute entière.