Vous êtes ici : AccueilOrpaillageProjet minier à Saül : le Parc national rappelle son opposition

Projet minier à Saül : le Parc national rappelle son opposition

Orpaillage 1 commentaire
Un projet minier menace le bassin de la crique Limonade, en zone coeur du Parc à Saül. © PAG
Un projet minier menace le bassin de la crique Limonade, en zone coeur du Parc à Saül. © PAG

Le Ministère du Redressement Productif a donné en fin d’année 2012 son accord à la société REXMA pour l’exploitation d’or alluvionnaire dans le secteur de la crique Limonade, sur la commune de Saül en Guyane française. Le permis d’exploitation (PEX) attribué jouxte, à environ  3 km, le village de Saül et s’étend sur 120 hectares, en zone de libre adhésion du Parc amazonien de Guyane. Il est également situé dans une zone n’ayant pas été identifiée pour l’exploitation minière par le Schéma Départemental d’Orientation Minière (SDOM) et le Schéma d’Aménagement Régional.

Comme plusieurs services de l’Etat (DIREN, DAF, ONF) et le Préfet de l’époque, le Parc national a déjà fait connaître officiellement son opposition à ce projet minier et ce à deux reprises. Le 11 juillet 2008, le Président du Conseil d’administration du Parc national a transmis au Préfet son avis d’opposition à une demande de permis (AEX) par la société REXMA, situé dans le même secteur de la commune de Saül. Pour le permis récemment accordé à cette même entreprise, le directeur de l’établissement public du Parc amazonien de Guyane a émis un avis défavorable dans un courrier adressé le 20 janvier 2009 au service instructeur, la DRIRE.

Aujourd’hui encore, le Parc amazonien de Guyane réaffirme son opposition à ce projet. Cette position fait écho aux légitimes revendications de la commune et de la majorité de ses habitants pour maîtriser l’aménagement de leur territoire et leur propre développement.

1 commentaire

  1. Benoit Vanhée

    jUSTE POUR VOUS DIRE QUE COMME DE NOMBREUX M2TROPOLITAINS JE VOUS ENCOURAGE VIVEMENT A MAINTENIR VOTRE OPPOSITION A CE PROJET
    BON COURAGE

    Répondre

Répondre