Vous êtes ici : AccueilTrésors de natureBiodiversité – le trésor de l’Amazonie

Biodiversité – le trésor de l’Amazonie

Le jaguar © G. Feuillet
Le jaguar © G. Feuillet
Trogon à queue blanche © G. Longin/PAG
Trogon à queue blanche © G. Longin/PAG
Liane en sous-bois © G. Feuillet/PAG
Liane en sous-bois © G. Feuillet/PAG
Loutre géante au repos sur un tronc © K. Pineau
Loutre géante au repos sur un tronc © K. Pineau
Hortia en fleur © G. Feuillet/PAG
Hortia en fleur © G. Feuillet/PAG
Un boa constrictor © G. Feuillet
Un boa constrictor © G. Feuillet
Fleur de sous-bois © G. Longin/PAG
Fleur de sous-bois © G. Longin/PAG
Tapir © ONCFS-Guyane
Tapir © ONCFS-Guyane
Broméliacée en fleur © C. Cuffit/PAG
Broméliacée en fleur © C. Cuffit/PAG
SInge hurleur © T. Deville
SInge hurleur © T. Deville
Saphyr azuré. © G. Longin/PAG
Saphyr azuré. © G. Longin/PAG
Dendrobate à tapirer © M. Dewynter
Dendrobate à tapirer © M. Dewynter
Ilot de végétation au coeur de la forêt © G. Feuillet/PAG
Ilot de végétation au coeur de la forêt © G. Feuillet/PAG
Jeune caïman rouge © A. Baglan
Jeune caïman rouge © A. Baglan
Salde coumarou © G. Feuillet/PAG
Salde coumarou © G. Feuillet/PAG

Si l’extrême biodiversité des forêts tropicales est aujourd’hui de notoriété publique – 50 à 70 % des espèces  animales et végétales terrestres du globe – celle du massif forestier du Parc amazonien de Guyane constitue une véritable vitrine des richesses de la flore et de la faune amazonienne.  Loin d’être un espace uniforme, l’hétérogénéité de la géomorphologie, la variabilité climatique relative d’une région à l’autre ainsi que la diversité et la complexité des interactions végétaux-animaux génèrent une grande mosaïque d’habitats induisant une biodiversité remarquable.

De nombreuses espèces à découvrir

La richesse des espèces, toujours en cours d’inventaire en Guyane et ce quel que soit le groupe taxonomique, peut être soulignée en quelques chiffres au niveau du Parc amazonien de Guyane :  plusieurs milliers d’espèces végétales avec notamment plus de 150 espèces d’arbres pouvant se retrouver sur un même hectare (soit 10 fois plus qu’en forêt tempérée), plus d’une centaine de mammifères, près de 450 espèces d’oiseaux, environ 200 reptiles et amphibiens, plus de 200 espèces de poissons des criques forestières qui demeurent un milieu encore méconnu… et que dire de l’univers des invertébrés dont l’exploration n’en est qu’à ses débuts, avec une biomasse 10 à 20 fois supérieure à celle des vertébrés. La richesse de la flore du Parc amazonien de Guyane se traduit par la présence d’arbres géants, de lianes vertigineuses, de plantes aux inflorescences spectaculaires (telles les orchidées). On trouve dans ces forêt un cortège d’espèces emblématiques et typiques de la faune amazonienne : jaguar, primates, loutre géante, tapir, caïmans et boas, dendrobates colorées, coléoptères géants, papillons morpho aux couleurs métalliques…

Des enjeux de conservation internationaux

Mais des milieux particuliers, comme les savanes roches ou les forêts submontagnardes, confèrent également au Parc amazonien de Guyane un panel d’espèces très rares, parfois endémiques et uniques à ses territoires, avec des enjeux de conservation au plan international. Parmi, les grands mammifères, signalons par exemple la présence du Saki Satan, Chiropotes chiropotes, élevé au rang d’espèce en 2003 et endémique du plateau des Guyanes. En Guyane française, ce singe se rencontre exclusivement dans la partie sud du département, en grande partie sur le territoire du parc national. Il n’existe que peu d’information quant à l’état de santé de ses populations.