Vous êtes ici : AccueilTrésors de naturePaysages

Paysages

Crique Popote à Saül © O. Jobard/SIPA
Crique Popote à Saül © O. Jobard/SIPA
Oyapock. © G. Feuillet/PAG
Oyapock. © G. Feuillet/PAG
Roche Susky © G. Feuillet/PAG
Roche Susky © G. Feuillet/PAG
Brumes de lever du jour sur la canopée. © G. Feuillet/PAG
Brumes de lever du jour sur la canopée. © G. Feuillet/PAG
Saut sur la crique Waki. © G. Feuillet/PAG
Saut sur la crique Waki. © G. Feuillet/PAG
Fin de journée sur le Maroni © G. Longin/PAG
Fin de journée sur le Maroni © G. Longin/PAG
Pic Coudreau, massif du Mitaraka. © G. Feuillet/PAG
Pic Coudreau, massif du Mitaraka. © G. Feuillet/PAG
Liane en sous-bois. © G. Feuillet/PAG
Liane en sous-bois. © G. Feuillet/PAG
La rivière Marouini. Au fond, la roche Koutou. © G. Feuillet/PAG
La rivière Marouini. Au fond, la roche Koutou. © G. Feuillet/PAG

La composante principale des paysages du Parc amazonien de Guyane est la monumentale forêt tropicale humide, entrecoupée de grands continuums fluviaux où alternent eaux calmes et sauts tumultueux. L’immense couvert forestier exubérant est ponctué de reliefs, dont les plus hauts atteignent près de 850 m d’altitude.

Le réseau hydrographique est très dense : l’eau est omniprésente sur l’ensemble du territoire et fait partie du quotidien de la vie des populations du Maroni et de l’Oyapock, pour lesquelles le fleuve est à la fois source de nourriture, voie de communication, support des usages quotidiens ainsi que de valeurs symboliques et sociales.

Implanté sur les bassins versants amont de la quasi-totalité des fleuves guyanais, le Parc amazonien de Guyane assume en outre la responsabilité de protéger les sources des fleuves dans l’intérêt de l’ensemble du territoire guyanais.

Enfin, les inselbergs, remarquables sur le plan paysager, pour la richesse et la spécificité des patrimoines naturels et archéologiques qu’ils abritent, ont joué un rôle important dans l’imaginaire et dans la vie des hommes ayant occupé le territoire. Tout aussi patrimoniales, les forêts sub-montagnardes ou encore certaines zones de flat recèlent des espèces végétales et animales probablement vestiges de couverts forestiers très anciens.