Vous êtes ici : AccueilVie de l’établissementAkama Opoya est le nouveau président du CVL

Akama Opoya est le nouveau président du CVL

Les présidents du CVL et du CA du Parc, le directeur et un chef de service à l'écoute de l'assemblée © S. Bouillaguet / PAG
Les présidents du CVL et du CA du Parc, le directeur et un chef de service à l'écoute de l'assemblée © S. Bouillaguet / PAG
Une trentaine de représentants et d'usagers venus de Camopi, Maripa-Soula, PapaÏchton et Saül étaient présents © S. Bouillaguet / PAG
Une trentaine de représentants et d'usagers venus de Camopi, Maripa-Soula, PapaÏchton et Saül étaient présents © S. Bouillaguet / PAG
Le Haut-Maroni bien représenté par les communautés aluku et wayana © S. Bouillaguet / PAG
Le Haut-Maroni bien représenté par les communautés aluku et wayana © S. Bouillaguet / PAG
Akama Opoya, le nouveau président du CVL © S. Bouillaguet / PAG
Akama Opoya, le nouveau président du CVL © S. Bouillaguet / PAG

Akama Opoya, représentant des habitants de Twenke et Taluen, a été élu président du Comité de vie locale (CVL) du Parc amazonien de Guyane le 28 juin 2016. Les nouveaux membres du CVL ont pu lors de cette séance d’installation, se familiariser avec l’organisation et la réglementation en cours dans l’établissement public du Parc amazonien.

« Dresser l’inventaire des dossiers nécessitant une solution rapide comme le collège de Taluen, mettre en valeur tous les savoir-faire traditionnels en y intégrant les jeunes générations, et faire plus fortement entendre le voix du CVL auprès des différents décideurs », sont les priorités du nouveau président du Comité de vie locale.

Pour rappel, la loi de 2006 relative aux parc nationaux prévoit que les acteurs du territoire soient étroitement associés à l’administration du Parc amazonien de Guyane à travers le Comité de vie locale, et que les autorités coutumières soient représentées au Conseil d’administration. La gouvernance propre aux communautés autochtones et locales des territoires concernés par le Parc amazonien de Guyane est ainsi reconnue par la loi.

Le Parc amazonien de Guyane consulte deux comités sur les orientations liées à la mise en œuvre de la charte et, plus largement des projets : le Conseil scientifique et le Comité de vie locale, instances sur lesquelles le conseil d’administration du parc national s’appuie au niveau décisionnel. Le CVL est composé de 21 membres titulaires et 20 suppléants. Il réunit onze représentants d’habitants et dix représentants d’usagers, d’organismes, d’associations et de personnalités qui participent à la vie locale, à l’activité économique, sociale et culturelle des territoires concernés par le Parc.

Le CVL représente la voix des populations sur les projets et le fonctionnement du Parc amazonien de Guyane en matière d’animation de la vie locale, d’application de la réglementation et du suivi des projets. L’esprit de concertation et de dialogue qui préside les actions du parc national nécessite une implication forte des habitants des communes de Camopi, Saul, Maripa-Soula et Papaïchton.

La première vice-présidente du CVL est Euridice Samuel, représentante des habitants du bourg de Saül, et la deuxième vice-présidente est Sandra Suitman, représentante des habitant de Saint-Soi de la commune de Camopi.

Répondre