Vous êtes ici : AccueilVie de l’établissementLe Parc amazonien aux Journées des Peuples Autochtones

Le Parc amazonien aux Journées des Peuples Autochtones

Stand du Parc amazonien aux JPA 2016 ©JMMontoute/PAG
Stand du Parc amazonien aux JPA 2016 ©JMMontoute/PAG
Les sourires du Parc avec Agnès et Sarah ©JMMontoute/PAG
Les sourires du Parc avec Agnès et Sarah ©JMMontoute/PAG
Ils sont venus de Taluen, Kayodé ou du bourg de Maripa-soula sur le stand du Parc ©JMMontoute/PAG
Ils sont venus de Taluen, Kayodé ou du bourg de Maripa-soula sur le stand du Parc ©JMMontoute/PAG
Les officiels ont défilé, chefs coutumiers, élus, Etat ©JMMontoute/PAG
Les officiels ont défilé, chefs coutumiers, élus, Etat ©JMMontoute/PAG
La marche des autochtones dans les rues de Cayenne ©JMMontoute/PAG
La marche des autochtones dans les rues de Cayenne ©JMMontoute/PAG
Une marche pour dénoncer ©JMMontoute/PAG
Une marche pour dénoncer ©JMMontoute/PAG
Les Premières Nations font une halte devant la Préfecture ©JMMontoute/PAG
Les Premières Nations font une halte devant la Préfecture ©JMMontoute/PAG
La jeunesse amérindienne au premier rang ©JMMontoute/PAG
La jeunesse amérindienne au premier rang ©JMMontoute/PAG
Jean-Philippe Chambrier porte la voix du Collectif des Premières Nations ©JMMontoute/PAG
Jean-Philippe Chambrier porte la voix du Collectif des Premières Nations ©JMMontoute/PAG
Des revendications autochtones ©JMMontoute/PAG
Des revendications autochtones ©JMMontoute/PAG
Toutes les nations autochtones de Guyane étaient représentées ©JMMontoute/PAG
Toutes les nations autochtones de Guyane étaient représentées ©JMMontoute/PAG
Le village des JPA 2016 à Cayenne ©JMMontoute/PAG
Le village des JPA 2016 à Cayenne ©JMMontoute/PAG

Comme chaque année depuis la 1ère édition en 2011, le Parc amazonien a participé aux Journées des Peuples Autochtones de Guyane, avec la mise en place d’un stand au village des peuples autochtones, les dimanche 7, lundi 8 et mardi 9 août 2016 sur la Place des Palmistes à Cayenne. Cette 6ème édition s’est délocalisée et étendue sur 11 jours, entre le 30 juillet avec la nuit du Sanpula à Awala-Yalimapo et la journée du 9 août, décrétée « Journée internationale des peuples autochtones » par l’ONU en 1994, entrecoupée de conférences à la CTG (Collectivité Territoriale de Guyane). Le thème cette année : le droit à l’éducation des autochtones.

StandPAG_JPA2016_3Le Parc amazonien de Guyane a animé un stand pendant ces trois jours. Les agents du Parc dont certains venus du Haut-Maroni ont présenté leurs missions et les diverses actions du parc national en matière de développement local, de protection de l’environnement, de préservation et de valorisation des patrimoines culturels aux nombreuses personnes qui ont arpenté les allées du village à la Place des Palmistes. Une manière d’aller à la rencontre du grand public du littoral guyanais ainsi que des visiteurs de passage dans le département.

Des élus et des habitants issus des communes concernées par le parc national étaient présents. Apalaï, Wayana, Wayãpi et Teko, représentants des nations autochtones du Sud de la Guyane ont profité de ces journées pour se faire entendre des autorités et du public. Ils ont partagé avec les autres nations autochtones leurs revendications, réitérés chaque année pour une « reconnaissance officielle des autochtones de Guyane, des autorités coutumières et du droit coutumier », pour « la restitution des terres aux peuples de Guyane », etc.

PAG

Un Collectif des Premières Nations, constitué de membres des associations amérindiennes de l’ONAG et de la FOAG, a vu le jour pour porter d’une seule voix les problématiques des communautés amérindiennes de Guyane. Ce Collectif a interpellé les élus et représentants de l’Etat présent ce 9 août aux Palmistes autour de revendications véhiculées depuis plus de 30 ans déjà et chaque année depuis 6 ans lors de ces Journées.

 

Autour du village d’exposition et de ventes, se sont tenues des soirées culturelles animées par des groupes traditionnels amérindiens mais aussi des groupes créoles, hmongs et bushinengé, invités durant ces trois jours.

Répondre