Vous êtes ici : AccueilGouvernanceLe CVL se prononce contre le projet REXMA à Saül

Le CVL se prononce contre le projet REXMA à Saül

Réunion du CVL du Parc amazonien de Guyane
Réunion du CVL du Parc amazonien de Guyane
La délégation de Camopi/Trois Sauts
La délégation de Camopi/Trois Sauts
Le Comité de vie locale du PAG réuni dans un hôtel de Cayenne
Le Comité de vie locale du PAG réuni dans un hôtel de Cayenne

Le Comité de vie locale (CVL) du Parc amazonien de Guyane (PAG) s’est réuni les 25 et 26 juin 2013

Cet organe consultatif de gouvernance interne du PAG a pour vocation de faire entendre les voix des territoires. Le CVL est constitué de représentants d’habitants, d’usagers, d’organismes, d’associations et de personnalités présentes sur les territoires concernés par le Parc national.

Le Conseil d’administration et la direction du PAG le consultent notamment pour la mise en œuvre de la charte, l’élaboration de projets, le débat d’idées et la concertation et l’animation de la vie locale.

A l’issue de la dernière séance, le Comité de vie locale du Parc amazonien de Guyane a adopté une motion en soutien aux habitants de Saül contre le projet de mine d’or REXMA sur le secteur de la crique Limonade. Le CVL souhaite que les maires des communes concernées par le Parc national se mobilisent en ce sens aux côtés de la commune de Saül. (Motion n°9).

Lors des séances des 25 et 26 juin dernier, de nombreux points ont été abordés sous la présidence de Lydie RENAUD (représentante des habitants de La Camopi, secteur de l’Oyapock), et de son 1er vice-président, Antoine DINGIOU (représentant des habitants du Bourg de Papaïchton, secteur du Maroni). Parmi les principaux points, il a été question de la présentation des dispositifs d’accompagnement pour la professionnalisation des acteurs locaux (Accompagnement agents PAG, formations, Microprojet, LEADER), du soutien à la structuration de filière (exploitation forestière sur le Maroni, artisanat), des initiatives en cours sur le patrimoine bâti et la sauvegarde du patrimoine immatériel, des manifestations culturelles soutenues par le PAG et des programmes de recherche accompagnés ou mis en œuvre par le PAG.

Un point d’information a été fait sur la situation de l’orpaillage illégal et le dossier REXMA à Saül.

Lire la motion n9 du Comité de vie locale du PAG du 26 juin 2013

1 commentaire

  1. Pradeu

    Bravo! Aurifères déclarés + aurifères non déclarés augmente le risque d’aggravation pour la nature de la jungle d’Amérique du sud ! J’ai peur!

    Répondre

Répondre