Parc amazonien de Guyane
-A +A
Share
On 24/02/2021
Après une première expédition réalisée en novembre dernier, en saison sèche, le site de Gros Saut est à nouveau le théâtre d’une grande mission scientifique.
UNE MISSION EN SAISON DES PLUIES

Depuis le 22 février et jusqu’au 5 mars, 9 experts quadrillent le site de Gros Saut, sur le Grand Abounami (commune de Papaïchton), afin de réaliser des inventaires en botanique (végétaux), ornithologie (oiseaux) herpétologie (reptiles et amphibiens) et chiroptérologie (chauve-souris). Cette mission mobilise trois agents du Parc amazonien et six naturalistes, accompagnés d’un photographe/cinéaste, pour récolter les données et contribuer à mieux connaître le secteur.

Du 5 au 16 mars, le programme « BING » (Biodiversité Négligée en Guyane) prendra la relève avec un agent du Parc amazonien. Ce travail porté par l’unité mixte de recherche EcoFOG visera à évaluer les richesses myrmécologiques (fourmis) et mycologiques (champignons) du site.

RETOUR SUR LA MISSION DE SAISON SECHE

Ces nouveaux inventaires complètent ceux menés du 9 au 28 novembre 2020, durant lesquels une vingtaine de scientifiques et agents du Parc amazonien avaient été mobilisés.

La grande faune avait tout d’abord été mesurée avec la méthode des IKA (Indice kilométrique d’abondance). Les résultats sont très bons puisque les agents du Parc amazonien ont réalisé en moyenne 1,8 contact de faune/km, contre moins de 1 par km par exemple lors d’un comptage réalisé en 2020 à Antecume Pata.

Des inventaires naturalistes (poissons, crustacés et scorpions), menés en coopération avec des organismes de recherche de Guyane, avaient ensuite été réalisés.

Des espèces ont été redécouvertes (notamment le « poisson-phasme »), d’autres sont probablement à décrire (poissons, crevettes, voire scorpions). Si les identifications sont actuellement en cours, les premières informations récoltées sont prometteuses. Les habitats forestiers avaient également été cartographiés.

En toile de fond, l’impact de l’orpaillage illégal sur le secteur de Gros Saut avait été évalué, notamment en mesurant la turbidité du Grand Abounami.

 

PROGRAMME « PARC REVISITE »

Cette mission s’inscrit dans le cadre du programme « Parc revisité ». Depuis 2018, le Parc amazonien entreprend l’exploration de sites inconnus d’un point de vue naturaliste. Après la Mamilihpan en 2018 et le Haut-Koursibo en 2019, le site de Gros Saut a été identifié comme prioritaire : il s’agit de l’un des secteurs les moins connus en Guyane d’un point de vue scientifique !

Cette mission a bénéficié d’une subvention de 8 000 € de la GMF, que le Parc a renforcé par 33 000 € de fonds propres. Notons que la mission Gros Saut a aussi bénéficié d’un appui de taille dans la mesure où le site était visé par l’Atlas de la Biodiversité communale (ABC) de Papaïchton, qui a été lancé en 2020 grâce au soutien financier de l’Office français de la Biodiversité. Ainsi, ce sont 53 000 € supplémentaires qui lui ont été dédiés. À ces montants s’ajoutent les temps de travail du PAG ou des partenaires tels que la fondation Biotope, le laboratoire Hydreco ou l’ONF.

Liens utiles