Parc amazonien de Guyane
-A +A
Share
On 15/04/2020
Vie des territoires

Un premier carbet-platine a été construit dans le bourg de la commune afin de faciliter l’accès aux équipements de transformation.

Dans le cadre du projet « Faciliter l’accès aux équipements de transformation de couac en vue de stimuler une production locale » initié en 2015 ; et dont l’objectif général est d’accompagner l’émergence d’une production locale de couac dans la commune de Camopi ; un premier carbet-platine a été construit dans le bourg de la commune afin de faciliter l’accès aux équipements de transformation.  

Le projet vise à introduire des carbets-platine dans les zones de vie les plus peuplées de la commune et d’identifier les modes d’appropriation des équipements par les bénéficiaires ainsi que les modalités de gestion associées à l’utilisation des équipements.

Afin de familiariser les transformatrices à ce nouvel espace de transformation et au matériel mis à disposition, notre animatrice a organisé plusieurs évènements dans le carbet-platine de Camopi. A cette occasion, les femmes ont pu inaugurer le matériel acquis par le Parc, soit une petite platine – servant de prototype depuis le début de l’année 2018 – et de deux grandes platines en inox alimentaire ; l’inox alimentaire étant plus approprié pour éviter les risques de contamination au plomb présent dans les platines utilisées actuellement sur l’Oyapock.

Animer et organiser le carbet-platine

Ces évènements permettent aux agents de la Délégation territoriale de l'Oyapock de communiquer aux habitants les avancées du projet et inciter les femmes à venir produire du couac. C’est d’ailleurs l’une des missions de notre « animatrice gragerie », Théodora Jean Baptiste, d’animer et d’organiser l’utilisation de ce lieu. Selon Théodora, " ces évènements étaient également l’occasion d’interroger les transformatrices sur ce qu’elles pensent de cet espace et notamment de la platine en inox," monté sur un foyer construit par la commune (à l’instar du carbet lui-même). Leurs points de vue et commentaires détaillés ont été recueillis avec attention afin de mieux comprendre la manière dont les femmes appréhendent ces nouveaux outils : « le manioc n’attache pas au fond de la platine » nous livre une habitante venue tester la platine, « et la cuisson est beaucoup plus rapide » poursuit-elle ; elles en profitent également pour pointer quelques points négatifs : « les rebords sont trop incurvés, ils nous empêchent de nous asseoir pendant la transformation, d’ailleurs, ils réduisent aussi la surface de cuisson… ».

Bien que les différents évènements n’aient pas toujours mobilisé une part trop importante de la population, on remarque néanmoins la présence de quelques habitants curieux, quelques femmes, ou encore des élèves du collège Paul Suitman et leur enseignant…

Test concluant pour Trois-Sauts

La mise en place de ce projet ne se limitant pas au bourg de Camopi, Sarah Ayangma, chargée de mission agriculture du PAG et Madeleine Charlery, responsable développement à Camopi se sont rendues à Trois Sauts en durant le mois de février 2020. Cette mission avait pour objectif de discuter avec les habitants de la construction de la seconde gragerie qui sera située dans le Village Roger. Son emplacement et certains aspects de la construction ont été abordés dans le cadre de deux réunions d’habitants. " La petite platine a pu être montrée et des femmes de plusieurs villages sont venues la tester " nous précise Madeleine. " Nous avons noté un véritable engouement concernant la prochaine implantation d’une gragerie avec une platine en inox " conclut Sarah.