Parc amazonien de Guyane
-A +A
Share
On 27/03/2019
Le premier Comité de vie locale de 2019 s’est déroulé les 27 et 28 février au siège du Parc amazonien. Réunis en séance plénière, les membres présents ont souhaité travailler sur quatre sujets principaux :

 - Vie du CVL

Le président du CVL, Samagnan Djo, a présenté le rapport d’activité 2018 de l'instance et les principaux résultats dans le cadre des projets suivis.

Les membres ont également travaillé sur les modalités de communication du Comité de vie locale. Une page internet rattachée au site du Parc et une page Facebook administrée par les membres sont en cours de finalisation.

Par ailleurs, les modalités de recomposition du CVL et la planification du travail en commun ont été discutées.

 - Suivi des motions et actions territoriales

Les structures concernées par les motions du CVL (CTG, ONF, ONCFS, Gendarmerie) ont présenté l’état des lieux et les actualités liés aux sujets du désenclavement aérien et terrestre, de la gestion forestière, du permis de chasser et de la lutte contre l’orpaillage illégal.

Les équipes du Parc ont également présenté les travaux en cours, notamment l’évaluation de la Charte, le lancement du programme de gestion concertée des ressources naturelles renouvelables, l’élaboration des guides de recommandations à l’usage des visiteurs.

Dans les deux cas, les remarques, réactions et observations des membres ont été consignées et feront l’objet de prises de contact avec les structures concernées.

 - Mise en place de groupes de référents thématiques pour les projets suivis

Parmi les motions formulées par le CVL, les membres ont commencé un travail de structuration de leur action commune, avec la mise en place de groupes souhaitant s’engager sur la résolution de problématiques, notamment de désenclavement aérien et terrestre (piste Maripa-Soula/Papaïchton) ou liées à la gestion des déchets.

 - Mise en place d’un groupe de réflexion sur le suicide

Les structures impliquées dans la gestion de la crise suicidaire ont présenté leurs actions sur le territoire. Les membres du CVL, accompagnés d’un représentant du Grand Conseil Coutumier, ont mis en place un groupe de réflexion pour agir à leur niveau sur les causes de ce drame. La prise en compte de la tradition y tient une place importante.

Pour l’année 2019, le Comité a planifié des réunions sur les territoires du Sud de la Guyane. Les membres du bureau se rendront ainsi à Camopi en mai, à la rencontre des représentants et des problématiques oyapoquoises.