Parc amazonien de Guyane
-A +A
Share
On 18/05/2020
Pour renouveller leurs parures de danse, les membres du groupe Teko Makan peuvent désormais compter sur les plumes collectées au zoo de Guyane. Une expérience qui pourrait également être mise en place avec des parcs zoologiques d'Île-de-France.

La compagnie Teko Makan (chants et danses traditionnels) est un groupe important à Camopi. Il représente également un espace de transmission des savoirs et savoir-faire teko. La réfection ou le renouvellement des instruments de musique et des parures de danse, notamment, permettent de travailler le coton, la perlerie et la plumasserie.

Mais le renouvellement de ces parures demande de nombreuses plumes, dont certaines proviennent d’espèces protégées (ara chloroptère, ara vert, harpie). Afin de pourvoir à ces besoins et conserver l’art de la plumasserie, le Parc amazonien, en partenariat avec la DGTM (ex-DEAL), a lancé une collecte de plumes des oiseaux du zoo de Guyane. Au cours des tournées quotidiennes effectuées par les employés du zoo depuis février 2019, 145 plumes en bon état ont pu être collectées dans les volières.

Pour dupliquer cette expérience en France hexagonale, une proposition de stage a été formulée par Pascale de Robert, membre du Conseil scientifique du PAG (IRD/MNHN Paris), et Céline Frémaux, chargée de mission Culture-Sciences humaines et sociales. Une stagiaire de Master 1 anthropologie a été recrutée par le Muséum national d’Histoire naturelle.
Malgré le confinement et grâce à un encadrement à distance, elle pourra travailler sur la bibliographie, prendre les contacts avec la ménagerie du Jardin des plantes et le zoo de Vincennes pour mettre au point des protocoles de collecte et préparer les dossiers d’autorisation de transport de plumes vers la Guyane.