Parc amazonien de Guyane
-A +A
Share
On 14/12/2018
Une action a été menée au début du mois dans le cadre du programme Amazonie pour tous.
© Loïc Massué/ Pag

Se rencontrer, échanger ses expériences, se mettre dans la peau d’une personne en situation de handicap.
Voilà ce qu’a fait, au début du mois, une délégation menée par des agents du Parc amazonien à Papaïchton, dans le cadre du programme Amazonie pour tous.

Le groupe était composé de Samos Maéva, directrice, Reinette Phillipe, coordinateur et Mme Bernhard Camille, ergothérapeute du cabinet MS consulting, chargé de réaliser un audit sur l’accessibilité dans la commune, de Félix Paulin, président du Comité de handisport Guyane et de Norine Dada, Présidente de l’Association des parents d’enfants en situation de handicap de l’Ouest. Se sont joints à eux Milo Paul, déficient visuel, ambassadeur du programme, et Fabien, en situation de handicap moteur.

Outre la mission d’audit mené par le cabinet, le groupe était là pour sensibiliser la population sur la question du handicap.
Une action qui s’inscrit dans la continuité de celle menée au même endroit en juin 2017. « Cette fois-là, explique Loïc Massué, chargé de mission tourisme et accessibilité au Parc amazonien, nous nous étions concentrés sur les handicaps visuel et auditif,  sur un premier diagnostic de l’accessibilité puis sur une enquête participative auprès de la population. Cette année, nous sommes venus avec plusieurs fauteuils et des matériels spécifiques afin de mettre en place des parcours ludiques et des activités de handisport. »
Ces activités ludiques de mise en situation réelle se sont accompagnées de nombreux échanges avec la population et les acteurs.

Fauteuil, tablettes,
cannes et téléphones...

   La petite délégation a également remis du matériel à des personnes
   en situation de handicap.
   Quatre enfants se sont vus remettre des tablettes, téléphones et cannes blanches. Un fauteuil roulant à été remis à un adulte en situation de handicap moteur et qui était, jusque là, dans l’incapacité de se déplacer. 
Tous ces dons ont été possibles grâce à une cagnotte mise en place suite au décès de Lise Cornu, stagiaire ayant pris part à la précédente mission en juin 2017. Ses amis et sa famille ont ainsi voulu contribuer à l’action Amazonie pour tous pour laquelle la jeune femme s’était investie.