Parc amazonien de Guyane
-A +A
Share
On 11/10/2018
Vie des territoires
Durant deux jours, des agricultrices de Maripa-Soula et Papaïchton ont appris un nouveau processus de transformation des produits locaux en farine, grâce à une formation mise en place par le Parc amazonien de Guyane, en collaboration avec le CFPPA de Matiti.
© Stécyna Kiki/ Pag

Banane plantain, patate douce, manioc, fruit à pain, couac… Le 1er et le 2 octobre, huit stagiaires se sont retrouvées dans les cuisines du collège Gran Man Difou de Maripa-Soula, autour de ces légumes péyi pour une formation organisée par le Parc amazonien de Guyane en collaboration avec le Centre de formation professionnelle et de promotion agricoles (CFPPA) de Matiti. Objectif des deux journées en cuisine : transformer en farine ces produits locaux puis les valoriser à travers différentes recettes.
Venues de Maripa-Soula et de Papaïchton, les huit participantes ont suivi attentivement les consignes données par le formateur, Rodrigue Agésilas. Pour mener à bien leur projet, elles ont bénéficié de l’appui des deux professeurs de cuisine du collège.
Le premier jour a essentiellement été consacré au séchage des produits et à leur passage dans le moulin.
Le lendemain, avec la bonne humeur qui les a caractérisés durant cette formation, les stagiaires ont accueilli, de manière improvisée, des élèves du CAP Assistant technique en milieux familial et collectif (ATMFC) du collège. Ensemble, ils ont réalisé plusieurs desserts : sablés à la farine de manioc et au coco, moelleux au chocolat à la farine de patate douce, crêpe à la farine de fruit à pain… Les connaissances acquises durant ces deux jours ont d’ores et déjà été mises à profit pour la fête de la gastronomie qui s’est tenue le 6 octobre au bourg. Dans les jours qui viennent, les stagiaires vont continuer à s’activer aux fourneaux. Cette fois, pour préparer des douceurs pour le prochain marché des producteurs. Pour Stécyna Kiki, animatrice agroalimentaire du Parc amazonien à Maripa-Soula, il est déjà temps de penser à la prochaine formation, dans l'optique de poursuivre la professionnalisation des agricultrices du Haut-Maroni.